Biographie de William Sheller

© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.






William Sheller de son vrai nom William Hand, est un compositeur et chanteur français, né le 9 juillet 1946 à Paris

Alors qu'il n'est encore âgé que de 3 ans, la famille de William décide d’aller tenter sa chance aux États-Unis et part s’installer dans une petite ville de l’Ohio. C'est là, que tout petit, William côtoie les plus grands musiciens de jazz américains, amis de ses parents. On l’oblige à écouter assis sans bouger ni parler pour ne pas les déranger... Cette expérience laissera par la suite à William, une allergie profonde et définitive envers le jazz.

À l’âge de sept ans, William rentre définitivement en France. Il est alors pris en charge par sa famille maternelle travaillant dans le milieu du théâtre. Sa grand-mère est ouvreuse au Théâtre des Champs-Élysées et son grand-père est chef décorateur à l'Opéra Garnier. Ses grands-parents, lui permettent d’assister à des centaines de spectacles, aussi bien côté salle que côté coulisses.

A dix ans, William a déjà décidé de son destin : il veut devenir "un petit Beethoven, sinon rien". Ses parents approuvent le projet sans restriction. William s'initie d'abord au piano pour servir de support à ses compositions, puis il trouve un maître en la personne d’Yves Margat, un ancien disciple de Gabriel Fauré. Celui-ci lui apprend non seulement le piano et la composition, mais aussi le latin, la philosophie, l’histoire, la littérature, etc. En classe de 2ème, William quitte définitivement le milieu scolaire pour parfaire son enseignement musical. Il se prépare très sérieusement au Prix de Rome.

Un jour où le piano de William était en réparation, il va s’entraîner chez une amie qui lui fait écouter de la musique du moment. Il repart avec les disques, et quelques heures plus tard, il abandonne tout pour aller faire du rock. William intègre les "Worst" un groupe de rock niçois.

Très jeune, William s'était choisi comme nom de scène Sheller, en mélangeant les patronymes des deux écrivains "Schiller" et "Shelley". En 1968, il connaît enfin le succès grâce à "My year is a day", chanson des "Irrésistibles" dont il a composé la musique. Cette chanson, également interprétée par Dalida en français et en italien, fera le tour du monde. William investit l’argent gagné dans la confection d’une messe de mariage psychédélique offerte en 1969 en cadeau à un couple d’amis. Commercialisée en 1972, "Lux aeterna", ne s'est vendue qu'à 2000 exemplaires.

William sort ensuite en tant que chanteur trois 45 tours, sans aucun succès. Il renonce alors à l’interprétation et continue ses travaux d’arrangeur, orchestrateur ou compositeur pour toutes sortes de chanteurs ou musiques de films (Erotissimo, Trop petit mon ami…)

En 1973, Barbara lui propose de venir vivre chez elle pour réaliser les arrangements de son album "La Louve". C’est elle qui lui suggère de se remettre à chanter, et l’aide à trouver une maison de disques.

En 1975 Willim Sheller sort l'album "Rock'n'dollars" (Rock'n dollars - La maison de Mara - La fille de Montréal - Une fille comme ça - Laisse moi tout seul - Oncle Arthur et moi - Photos-souvenirs - Comme je m'ennuie de toi - Les machines à sous - Hit-parade Lady - Savez-vous ?). C'est le premier album studio de William en tant que chanteur. Grâce à cet album, la carrière de Willima Sheller est lancée, car il comporte deux titres qui obtiennent un succès considérable : "Rock'n'dollars" et "Photos-souvenirs"

En 1976, il sort son deuxième album studio "Dans un vieux rock'n'roll" (Dans un vieux rock'n'roll - Téléphone pas trop tôt - La bière y était bonne - Une chanson qui te ressemblerait - ça ne sert à rien - 1.2.3.4. - Joker, poker - Genève - Le carnet à spirale - C'est l'hiver demain - À qui je m'abandonne). Après le succès de son premier album studio, William récidive. Deux chansons de l'album seront de grands succès commerciaux : "Dans un vieux rock'n'roll" et "Le Carnet à spirale".

En 1977, William sort son 3ème album Studio "Symphoman" (Gimmick boy - À franchement parler - Hey! Docteur disco - Catherine - Fandango - La Flash Assurance Limitée - Symphoman - La musique autour de moi - À l'après-minuit - Elle dit soleil, elle dit...)

En 1978, il sort un 45 Tours hors album "J'me gênerais pas pour dire que j't'aime encore / Les p'tites filles modèles"

En 1980, William Sheller sort son quatrième album studio "Nicolas" (Une étonnante européenne - Promenade française - J'ose pas - Petit comme un caillou - Oh! J'cours tout seul - Billy nettoie son saxophone - Un peu boogie-woogie sur les bords - Nicolas - Le petit Schubert est malade - Quand j'étais à vos genoux - Fier et fou de vous). Cet album a été enregistré à Los Angeles.

En 1981, il sort son 5ème album studio "J'suis pas bien" (Pourquoi t'es plus new wave - J'suis pas bien - Les orgueilleuses - J'attends dans la foule - La fille aînée du dernier des Cherokees - Une chanson noble et sentimentale - Les mots qui viennent tout bas - Genoveve - Ma hantise ordinaire - Un endroit pour vivre - La Bavaroise (instrumental)). Le 4 mai 1981, William Sheller est à Bobino à Paris

En 1982, William Sheller se produit sur la scène de l'Olympia à Paris. Il sortira un live "Olympia 82".

En 1984, William sort son sixième album studio "Simplement" (Simplement - Maman est folle - Les filles de l'aurore - Mon dieu que j'l'aime - Le capitaine - L'amour noir). Toujour en 1984, il sort l'album live "William Sheller et le quatuor Halvenalf".

En 1987, William Sheller sort son septième album studio "Univers" (Darjeeling - Basket ball - Encore une heure, encore une fois - Les miroirs dans la boue - Chamber music - Le Nouveau monde - Cuir de Russie - Guernesey -L'Empire de Toholl)

En 1989, il sort sont 8ème album studio "Ailleurs" (Le témoin magnifique - Prélude à tempo d'un jogger (instrumental) - Cadenza del sol (instrumental) - Chant du témoin - Un archet sur mes veines - Excalibur - La tête brûlée - Sergueï - Octuor (instrumental) - La Sumidagawa - Partita (instrumental) - Ailleurs;

En mai 1990, William Sheller donne une série de concerts au Palais des congrès de Paris avec un orchestre symphonique de 70 musiciens, placé sous la direction de Louis Langrée. À cette occasion est créé son Concerto pour violoncelle et orchestre, sous l'archet de Jean-Philippe Audin, déjà violoncelliste solo sur "Ailleurs".

En 1991, l’album live piano-voix "Sheller en solitaire", totalement à contre-courant de la musique électronique en vogue, l'album remporte un immense succès. Un titre tout nouveau, "Un homme heureux", s'impose immédiatement comme la chanson emblématique de Sheller.

En 1994, William sort son 9ème album studio "Albion" (Good bye good bye good - Maintenant tout le temps - Les enfants sauvages - Silfax - I spy - La Navale - Excalibur - Comme on n'oublie pas - On vit tous la même histoire - Relâche)

En 1995, il sort l'album live "Olympiade".

En 2000, William Sheller sort son dixième album studio "Les machines absurdes" (Parade (Le Bel Adieu) - Indies (Les Millions De Singes) - To You - Moondown - Sunfool (Une Solitude Ordinaire) - Athis - Misses Wan - Enygma Song - Les Machines Absurdes - Chamberwood (La Vilaine Maison)). Le 11 novembre 2000 au Théâtre des Champs-Élysées, a lieu le plus long concert de sa carrière : William y a interprété sur près de quatre heures les principaux titres de son répertoire.

En 2001, sort l'album live "Live au Théâtre des Champs-Elysées".

En 2004, Il sort son 11ème album studio "Épures" (Mon Hôtel - Chanson D'Automne - Toutes Les Choses Qu'On Lui Donne - Clandestine - Aidan Song - Elvira - Revenir Bientôt - Loulou - Pour La Main Gauche - J'en Avais Envie Aussi - Machines Absurdes - Cantilène). Toujours en 2004, William compose une symphonie commandée par le Festival de musique classique de Sully-sur-Loire. L’œuvre a été créée le 5 juin 2004 par l'orchestre Ostinato, placé sous la direction de Jean-Luc Tingaud.

Début 2005, il effectue une grande tournée avec orchestre pour fêter ses trente ans de succès. Celle-ci donne lieu au premier DVD de sa carrière, "Parade au Cirque royal", enregistré à Bruxelles en mars 2005. A la fin de la même année, William Sheller repart pour une deuxième tournée, accompagné cette fois par le Quatuor Stevens.

En octobre 2006 paraît "Ostinato", un CD entièrement dédié à la musique symphonique de William Sheller, interprétée par l'Orchestre Ostinato.

Le 1er octobre 2007 sort l'album live "William Sheller et le quatuor Stevens live", version CD de deux concerts avec piano et quatuor à cordes enregistrés à Lannion en décembre 2005.

En 2008, William sort son douzième album studio "Avatars" (Avatar I (Log In) - La longue échelle - Tout ira bien - Félix et moi - Jet Lag - Tristan - Blackmail - Music Hall - Le veilleur de nuit - Spyder le cat - Camping - Avatar II (Log Out))

Fin 2010 William Sheller est en concert en France. Il est notamment pour 7 date à Paris, dans 7 salles différentes "Piano en ville", du lundi 29 novembre au vendredi 10 décembre 2010.









+ de biographies
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut