L'Arnacoeur avec Vanessa Paradis et Helena Noguerra au cinéma le 17 mars 2010

18-02-2010 - 15:13.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.

 

IdolesMag fait peau neuve et change d'extension ! (le .com devient .NET)

-> Retrouvez nous sur IdolesMag.NET

 

Affiche du film L'Arnacoeur avec Vanessa Paradis - DR

L'Arnacoeur, nouveau film de Pascal Chaumeil, sera dans les salles obscures à partir du 17 mars 2010. Il réunira pour la première fois à l'écran Vanessa Paradis, Helena Noguerra et Romain Duris. A leurs côtés : Julie Ferrier, François Damiens, Andrew Lincoln et Jacques Frantz.

L'histoire

Votre fille unique est follement amoureuse d’un sinistre imbécile, votre soeur vient de se fiancer à une brute épaisse ? Votre meilleure amie sort avec un con ?
Un homme peut encore sauver la situation. Son nom : Alex Lippi.
Sa profession : briseur de couples.
Sa méthode : la séduction !
En quelques semaines, moyennant des honoraires à la hauteur de sa réputation, Alex s’engage à transformer n’importe quel mari, fiancé et petit ami en ex. Planques, écoutes téléphoniques, fausse identité, sourire ravageur, tout est bon pour qu’il remplisse son contrat. Mais attention, Alex a une éthique. Il ne brise que les couples dont la femme  est malheureuse. Alors pourquoi accepter ce prochain contrat ? Sa cible s’appelle Juliette, une jeune héritière libre et indépendante. Dans dix jours, elle épousera un séduisant jeune homme qu’elle aime plus que tout au monde. Dix jours pour une mission-séduction « impossible » et très mouvementée  au cours de laquelle notre arnacoeur de haut vol risque de découvrir à ses dépens qu’en amour le plan parfait n’existe pas.

Vanessa Paradis dans l'Arnacoeur - DR

Entretien avec Vanessa Paradis

Qu’est-ce qui vous a donné envie de participer au projet ?
Le scénario m’a fait rire. J’étais sous le charme. D’habitude, je suis plutôt portée vers des thèmes plus dramatiques. La vision du réalisateur m’a plu. J’aimais l’idée qu’Alex soit joué par Romain Duris. C’est inattendu car lui non plus n’est pas habitué à ce genre de film. Au début du tournage j’avais le trac de devoir jouer le personnage le plus sobre.

Est-ce un défi de jouer dans un film qui mêle romantisme, espionnage et action ?
J’ai abordé le tournage avec une certaine appréhension. Jouer dans un drame ou devoir puiser en soi des choses déchirantes ne me fait pas peur. Dans « L’ARNACOEUR » il y a beaucoup d’action et les dialogues doivent tomber au bon moment. Si on en fait trop, on risque d’être ridicule. L’ingrédient indispensable, c’est la subtilité.

Avez-vous appréhendé votre scène de danse avec Romain Duris ?
Je savais que cela représentait beaucoup de travail et de répétitions mais je m’en faisais une joie autant que j’en avais le trac. Nous avons beaucoup travaillé et beaucoup ri !

Quel couleur de jeu vouliez-vous donner à votre personnage ?
Avec le réalisateur on a pensé au glamour des films hollywoodiens des années 40 ou 50. Il ne cherchait pas une Juliette glamour tendance féline. Il la voulait glamour avec du peps. Je lui ai apporté un côté autoritaire et pêchu.Mes costumes eux aussi sont glamour. J’ai souvent des talons hauts qui me donnent une démarche ultra féminine. Je ne pouvais pas me tenir autrement que très  droite et rouler des hanches !

Quel regard portez-vous sur le jeu de vos partenaires ?
C’est impressionnant de voir Romain jouer les multiples facettes de son personnage comme s’il avait fait ça toute sa vie. Il a dû jouer une quinzaine de métiers et d’identités différentes. Il va très loin mais jamais trop, toujours dans la subtilité. C’est agréable de lui donner la réplique. J’ai aussi adoré passer plusieurs mois avec Julie Ferrier et François Damiens qui m’impressionnent beaucoup.

Que vous inspire le métier d’Alex : briseur de couples ?
Alex brise des couples quand ses missions l’exigent. Il ne s’attaque pas à ceux qui sont malheureux et qui l’assument. Il intervient juste quand la femme souffre. C’est assez idéal comme proposition ! 

Vanessa Paradis et Helena Noguerra dans l'Arnacoeur - DR

Entretien avec Helena Noguerra

Qu’est-ce qui vous a attiré vers ce projet ?
J’ai adoré le scénario. Je trouvais l’idée de briser des couples incongrue, inédite, amusante. Son traitement sous forme de comédie m’a plu. Il y a quelque chose d’italien. Si ce film avait été tourné dans les années 60, il aurait pu être joué par Marcello Mastroianni et Sofia Loren. Le couple Vanessa-Romain, on rêve que ça marche !

Quels sont les grands traits de caractère de votre personnage ?
Sophie n’est pas un puits d’élégance. Ce n’est pas Audrey Hepburn ! C’est une fêtarde. Elle a une bonne descente. Elle est plutôt vénale. C’est une croqueuse d’hommes. Dans le passé elle a sans doute pas mal bourlingué. Elle ne réfléchit pas trop. C’est un électron libre. Il y a du comique et de la légèreté en elle. Ça tombe bien, j’adore faire le clown !

Est-il facile de jouer l’ivresse et l’extravagance sans tomber dans la caricature ?
La vraie difficulté du rôle réside dans deux scènes sacrément alcoolisées. J’ai travaillé avec un coach. Il m’a appris comment feindre l’ivresse sans exagération. Je me suis amusée à déformer mon visage et à m’affaler contre une porte. Il ne faut pas avoir de pudeur mais de l’autodérision. Après tout, ce n’est qu’un rôle. Ce qui est amusant chez Sophie c’est qu’elle est presque glamour tout en ayant un pète au casque !

Votre rôle est physique. Comment vous êtes-vous préparée ?
Je ne suis pas sportive mais j’adore jouer à la bagarre,me rouler par terre. Donc j’ai souvent des bleus et des petits bobos. Je suis un vrai garçon manqué ! Pour le film j’ai suivi une préparation avec un cascadeur. Il m’a appris à supporter une clef de bras et à être plaquée contre une voiture, à tomber dans les pommes de manière crédible après avoir été « assommée » par un ordinateur ou une cafetière.

Que vous inspire le jeu de vos partenaires ?
J’ai adoré tourner avec Vanessa Paradis. Elle est très douce. C’est un petit chat ! J’en suis fan. Dès que je réalisais qu’elle me donnait la réplique j’en étais malade. Romain Duris est sexy en diable, sauvage, élégant. Il danse comme un Dieu. C’est impressionnant de le voir faire lui-même ses cascades. C’est un « Bébel » en puissance ! Julie Ferrier est très rigolote. Elle a une faculté de transformation physique incroyable. François Damiens est d’un naturel époustouflant. Il joue son texte très sérieusement. C’est drôle mais déroutant.

Comment se sont entendus les deux Belges du film : François Damiens et vous ?
Comme larrons en foire ! C’est très dangereux de prendre deux Belges sur un tournage. On fait la fête, on fait des blagues, on est dissipés. C’est joyeux. On est de bons camarades !

 

IdolesMag fait peau neuve et change d'extension ! (le .com devient .NET)

-> Retrouvez nous sur IdolesMag.NET

 

+ de news et d'actus musique
 
Retour en haut