Interview de Collectif Métissé, Soma Riba

Propos recueillis par IdolesMag.com le 26/06/2016.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Collectif Metisse DR

C’est pas compliqué… Le Collectif Métissé est bien décidé à vous faire bouger tout l’été ! Il vient de publier son nouvel album, « Rendez-vous au Soleil », le sixième en six ans d’existence. Nous avons été une nouvelle fois à la rencontre de Soma Riba afin d’en savoir plus sur ce projet ô combien festif et ensoleillé.

Collectif Metisse, Rendez-vous au SoleilNous nous étions parlé il y a trois ans maintenant pour la sortie de l’album « Ya plus K danser », de l’eau a coulé sous les ponts… Le Collectif est devenu un groupe qui compte dans le paysage musical français. Rappelez-moi un peu dans quelles circonstances le Collectif a vu le jour… Et quelles étaient ses objectifs, ses idées et ses ambitions à cette époque ?

Le groupe est donc né en 2009 avec une première chanson, « Laisse toi aller BB ». J’avais écrit cette chanson à la base pour ma carrière solo et j’avais appelé des potes pour qu’ils viennent faire des voix dessus. Quand j’ai fait écouter la chanson à Universal, ils l’ont trouvée super et ils m’ont demandé comment s’appelait le groupe. C’est de là qu’est né le groupe « Collectif Métissé ». Par la suite, on a enregistré d’autres titres et on a enchaîné les albums. Et nous voici aujourd’hui avec un sixième album, « Rendez-vous au soleil ».

Vous avez enregistré six albums en six ans d’existence. Quel regard jetez-vous sur le parcours du groupe parce qu’il y a peu d’artistes à l’heure actuelle qui arrivent à publier autant de disques en si peu de temps, et a fortiori des groupes…

Vous savez, je pense que notre force, c’est qu’on garde un regard positif en toutes circonstances. On s’entend très bien. Tout se passe très bien entre nous. Et le fait d’être toujours en création et en prestation, ça nous soude. On est très heureux de tout ce qui nous arrive et donc, on a un regard très positif sur notre parcours. Ce qui nous motive, c’est d’apporter un peu de bonheur aux gens.

Comment ça se passe pour la création des chansons ? Parce que six albums en six ans… c’est une cadence assez soutenue !

La création, c’est très simple. On part toujours d’une idée ou d’une phrase. De là, on écrit un premier texte et après, Fred et Gaëtan, qui sont les compositeurs du groupe, bossent sur la musique. Après, on se réunit et chacun donne son avis et on remodèle la chanson par la suite.

Et pour l’enregistrement, ça se passe comment ?

On arrive toujours à se retrouver tous. Les choses se combinent souvent assez bien !

Le line-up du Collectif a un peu bougé au fil du temps, mais pas trop finalement.

À l’heure actuelle, il y a Rod, Amélie, Nadia, Saint-Ange, Yannick, Willy William et moi. Parfois, deux autres membres viennent nous retrouver, et notamment Carmelo. Grosso modo le groupe n’a pas trop changé depuis le départ. Nous nous sommes bien trouvés au départ, et nous sommes presque tous toujours là.

Collectif Metisse DR

Au départ, l’idée était que chaque artiste qui faisait partie du Collectif soit un performer. Le collectif était la réunion d’identités différentes.

C’est ça et c’est d’ailleurs toujours le cas. Donc, sur certains plateaux, des artistes viennent nous rejoindre. Parfois on fait également des rencontres qui débouchent sur une collaboration future. En tout cas, le Collectif n’est fermé à personne.

Quelles étaient vos envies sur ce nouvel album « Rendez-vous au Soleil » ?

On a toujours la même envie quand on démarre un album : c’est donner le sourire aux gens et leur permettre de s’évader. C’est notre but. Et je pense que ce nouvel album a tous les ingrédients pour.

« Destination Fiesta » s’est écoulé à 80 000 exemplaires. Est-ce que ça met la pression ?

Oui et non. La pression est là de toute façon. On essaye toujours de faire de notre mieux à chaque nouvel album. On garde cette motivation intacte en tout cas.

On trouve sur ce disque une adaptation du titre de Khaled, « C’est la vie ». Pourquoi ce titre en particulier ?

À la base, on devait mettre cette adaptation dans le dernier album, mais nous n’avons pas eu les autorisations nécessaires en temps utile. C’est en tout cas une des chansons qu’on préfère parce qu’elle est vraiment très positive. Les paroles de base et celles qu’on a rajoutées correspondent parfaitement à la philosophie du groupe. C’est une chanson qu’on aime beaucoup chanter sur scène et vraiment, on l’adore. C’est la seule reprise de l’album, mais elle a une valeur toute particulière.

Collectif Metisse DR

Savez-vous ce que Khaled et RedOne ont pensé de votre adaptation ?

Ils l’ont beaucoup aimée, d’ailleurs, ils nous ont donné leur autorisation. On était encore la semaine dernière avec Khaled à Nice pour la Fête de la Musique et il nous a félicités pour ce titre !

Une chanson s’appelle « La Dolce Vita ». Ça vous évoque quoi, à vous, la Dolce Vita ?

Pour moi, « La Dolce Vita », ça signifie monter sur scène et voir plein de visages illuminés par un sourire.

Que faut-il comprendre par « On va se Wayner » ?

On va se bouger, tout simplement.

Un titre va un peu à contre-courant de tout ce que vous avez fait depuis le début, c’est « La Famille ». Dans quelles circonstances a-t-il été créé ?

À l’Olympia, les fans nous avaient réservé une surprise. Ils nous avaient chanté une chanson. Et en sortant de scène, j’ai eu l’idée de leur renvoyer un peu la pareille avec une chanson qui parle de choses qui peuvent toucher tout le monde. J’ai directement pensé à la famille, les enfants, les parents… On a donc écrit cette chanson. Elle nous a permis aussi d’envoyer un petit signal à nos familles respectives. C’est comme ça, tout bêtement, qu’elle est née, cette chanson. Et puis, c’était aussi l’occasion de montrer aux gens qu’on était capables de faire autre chose.

C’était important ça pour vous, justement, d’aller vers d’autres terrains, moins festifs ?

Important, je ne sais pas. Ce n’était pas primordial en tout cas. Mais ça nous a fait plaisir. Et on renouvellera l’expérience dans le futur parce que cette chanson a reçu un très bel accueil. Et pourquoi donc ne pas produire de temps en temps des chansons qui vont à contre-courant ?...

Collectif Metisse DR

Quand on parle d’une chanson qui s’appelle « Famille », on pense inévitablement au titre de Jean-Jacques Goldman. Faut-il y voir un petit clin d’œil ou pas du tout ?

Il faut même y voir un très gros clin d’œil parce que je suis un grand fan de Jean-Jacques Goldman. J’ai été bercé par ses chansons et celle-là est une de celles qui m’ont le plus touché. J’aurais vraiment voulu écrire cette chanson. D’ailleurs, j’aurais aimé que notre chanson s’appelle « Famille » tout simplement, mais ça ne s’est pas fait…

Le DVD de votre spectacle à l’Olympia accompagne le nouvel album. Quels souvenirs gardez-vous de cette date ?

Je garde la communion avec le public et l’ambiance magique de cette salle où se sont produits les plus grand, les Stones, les Beatles, Jacques Brel, etc… Tout est magique à l’Olympia. Et donc ce que je garde le plus, c’est la magie de ce cadre.

Le Collectif a plus de 750 dates dans les pattes… l’Olympia, ça reste tout de même une date un peu différente ?

Oh la la ! L’Olympia, c’est vraiment une date à part. C’est une émotion et des frissons différents. Il y a les autres dates et cette date. C’est vraiment différent.

D’ailleurs, vous y retournez le 31 octobre 2016…

Et oui… Et il nous tarde vraiment d’y être. On est d’ailleurs déjà en train d’y penser très activement. Dire qu’on répète déjà ce spectacle serait un peu exagéré, mais on bosse déjà beaucoup dessus !

On vient de parler de quelques titres que j’ai choisis arbitrairement sur le disque, mais vous, avez-vous une petite anecdote à me raconter autour de l’un d’entre eux ?

Il s’est passé plein de choses autour de plein de chansons… mais celle qui a été vraiment extraordinaire, c’est « Touche pas à ma fiesta ». Elle a été hyper rapide à écrire et à enregistrer. Tout a été super vite autour de cette chanson. Elle a un côté tellement gai que ça été d’une rapidité exemplaire. C’est la chanson la plus rapide de toute l’histoire du Collectif. C’était comme une évidence.

C’est un clin d’œil à Cyril Hanouna ?

Au départ, on l’a écrite dans cette optique, oui, mais pour nous, elle est devenue aussi une évidence.

Un mot sur le clip de « Rendez-vous au Soleil » qui a été tourné à Lanzarote.

On a tourné à Lanzarote dans un club de vacances. À la base, on s’est retrouvés là-bas pour travailler et donc, nous nous sommes retrouvés au milieu de gens qui, eux, étaient en vacances. C’était vachement marrant parce que eux étaient là pour se reposer et nous pour bosser, et à l’arrivée, on s’est sentis autant en vacances qu’eux, même si nous bossions sur notre clip ! (rires)

« Rendez-vous au Soleil » vient donc tout juste de sortir. Quels sont les projets du Collectif Métissé ? Il y a au moins 70 dates cet été, je pense…

Oui, c’est ça. Les projets, c’est évidemment cette tournée d’été et l’écriture des prochaines chansons, qui est déjà attaquée !

Les albums du Collectifs sortent généralement à quelques jours de l’été. Vous avez évoqué récemment l’idée d’un album d’hiver, pouvez-vous m’en dire un peu plus ? Est-ce toujours d’actualité ?

Oui, oui, c’est toujours d’actualité. On a deux idées qui mûrissent dans notre tête. Ça a déjà fait l’objet d’écriture. Mais là, on va d’abord penser à amener très loin ce nouvel album, « Rendez-vous au Soleil », et en parallèle, on va travailler sur ce projet. Si l’opportunité se présente, on sera en tout cas prêts à dégainer ce nouveau projet.

L’idée de cet album d’hiver serait-elle d’aller toujours vers des titres ensoleillés ou d’aller taquiner un autre répertoire ?

Ce serait clairement d’aller taquiner un autre répertoire parce que l’idée est que le Collectif Métissé chante pour les enfants. C’est donc totalement différent, tout en restant un peu similaire. Il y aura de tout dans ce disque, des ballades, des chansons éducatives, des chansons entrainantes. Vous savez, on a également un public très jeune, donc, on aimerait avoir des chansons qui s’adressent spécialement à eux.

Comment l’expliquez-vous cet engouement d’un public de 7 à 77 ans autour du Collectif ?

Je pense que comme nos chansons sont positives, elles parlent à tout le monde. On n’est pas seulement un groupe à la mode, on peut plaire à plein de gens. Et puis, on va revenir à la famille… les enfants font découvrir notre musique à leurs parents qui eux la font découvrir aux grands-parents. Tout ça se fait en cascade. On a aussi la chance d’être autant invités dans des émissions de télévision pour gamins que pour ados ou pour adultes. Tout ça nous aide à avoir un public très large.

J’imagine que le Collectif vous remplit très bien votre planning et ne vous laisse pas trop de temps pour d’autres projets annexes. Vous avez tout de même eu un parcours solo avant le Collectif Métissé, y pensez-vous encore aujourd’hui ?

Sincèrement, je n’ai pas le temps. Je suis à fond sur le Collectif. Et je vais vous avouer que je n’ai déjà pas assez de temps pour lui… donc me lancer dans un projet solo me demanderait du temps et de l’énergie que je n’ai pas en ce moment pour d’autres projets. Je préfère garder toute mon énergie pour le Collectif Métissé. Je n’ai donc pas d’autres projets pour le moment ni à moyen ni à long terme. Mais il ne faut jamais dire jamais, peut-être que ça viendra un jour, mais pour le moment, on va continuer à travailler pour le Collectif.

Une petite question de circonstances… Vous allez partir pour 70 dates cet été, mais aurez-vous tout de même le temps de prendre quelques jours de vacances ?

Pas avant Noël ! (rires) Mais Noël, c’est sacré avec les enfants. Pour le Collectif, l’été, c’est le moment le plus fort de la saison, donc on bosse.

Enfin, une dernière petite question… Vous arborez toujours un T-Shirt de Superman. Qu’est-ce qui vous rapproche de lui ?

Le S, c’est l’initiale de mon nom tout simplement. J’ai trouvé cette association marrante.

Il n’y a donc aucun autre lien avec Superman ? Il n’est pas un héros de votre enfance ou quelque chose comme ça.

Non. Mes héros sont Tyson, Jean-Jacques Goldman ou Zinedine Zidane. J’ai des héros un peu dans tous les sens, dans le sport ou dans la chanson, mais Superman n’est pas un de mes héros. J’ai mis un jour un T-Shirt avec ce S et on m’a demandé pourquoi. Ma première idée a été de dire que c’était l’initiale de mon nom… Et depuis, je ne quitte plus ce T-Shirt parce qu’il me caractérise.

Propos recueillis par Luc Dehon le 26 juin 2015.
Photos : DR

-> GAGNEZ DES ALBUMS DU COLLECTIF METISSE !

Liens utiles :
Site web :
http://collectif-metisse.com
Facebook :
https://www.facebook.com/CollectifMetisseOff
Twitter :
https://twitter.com/collectifmetis









+ d'interviews
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut