Interview de Tal

Propos recueillis par IdolesMag.com le 30/08/2013.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Tal © Darius Salimi pour WeKapture

Tal est de retour avec son deuxième album, « À l’infini », un album qui colle parfaitement avec son état d’esprit actuel. Nous avons donc été une nouvelle fois à sa rencontre afin d’en savoir un peu plus sur cet opus qui sort seulement un peu plus d’un an après le premier et pour lequel l’artiste s’est mise à l’écriture et à la composition. Au cours de notre entretien, nous reviendrons bien évidemment sur la genèse de cet opus et parlerons longuement de l’équipe qui l’a entourée. Nous ne manquerons évidemment pas d’évoquer sa participation à la quatrième saison de « Danse avec les Stars ». Rencontre avec Tal, une artiste généreuse et solaire.

Tal, à l'infiniIdolesMag : Votre premier album « Le Droit de Rêver » est sorti il y a un peu plus d'un an maintenant, n'avez-vous pas eu peur à un moment donné de précipiter les choses en sortant le deuxième aussi rapidement?

Tal : En fait, je ne me suis pas vraiment posé la question... Après les « NRJ Music Awards » et les « Victoires de la Musique » en février 2013, je suis rentrée en studio parce que j'avais tout simplement envie de créer de nouvelles chansons. On a vraiment travaillé dans la spontanéité avec mon équipe. On ne s'est pas posé de question, on ne s'est pas demandé s'il fallait sortir un deuxième album vite ou pas. On a tellement travaillé en studio qu'on a avancé très vite et nous nous sommes rendu compte qu'on avait les titres nécessaires pour faire un album. Du coup, c'est pour cette raison que ce deuxième album sort si vite après le premier. Et surtout, personnellement, ce deuxième album ressemble beaucoup plus à celle que je suis aujourd'hui que le premier ne ressemblait à celle que j'étais l'année dernière. Le premier album existe depuis quatre ans maintenant. J'avais 18/19 ans, j'étais jeune et c'est un âge où on change énormément. À 18 ans, je n'avais pas les mêmes goûts que ceux que j'ai aujourd'hui. C'est pour cette raison aussi que je suis finalement très contente que ce deuxième album sorte aussi rapidement.

Vous aviez dit que vous vouliez vous investir plus dans l'écriture et la composition de votre deuxième album. Est-ce le cas?

Bien sûr! J'ai commencé à écrire. J'ai co-composé aussi des musiques avec mon équipe. Donc, oui, c'était quelque chose de très important pour moi. En tant qu'artiste, j'avais envie de créer. J'avais l'inspiration et je savais que je pouvais le faire, en tout cas dans la composition. Après, dans l'écriture, ça a été un autre challenge pour moi parce que je n'ai jamais écrit auparavant. Et je ne me suis jamais dit que j'allais écrire une chanson en français. Donc, c'était vraiment un challenge pour moi. Et un challenge que j'ai pu relever finalement et je suis super contente d'avoir pu le faire.

Vous n'écriviez même pas pour vous, sans forcément montrer les textes à d'autres personnes?

Ah non! Pas du tout... j'ai une culture qui est très américaine. Quand j'écoute une chanson, je ne vais pas écouter les paroles en premier, mais la musique. J'ai toujours été dans la musicalité avant toute chose. C'est pour cette raison que j'écoute beaucoup de soul, de jazz, de blues... Dans ces registres, on se focalise plus sur la musique que sur les paroles. La culture française est très différente. Ici, quand on écoute une chanson, on écoute avant toute chose le texte, la musique vient dans un second temps. Donc, les textes étant très importants dans la culture française, j'avais envie d'en écrire moi aussi, et ainsi de mettre un peu plus ma patte sur ce disque.

Tal © Darius Salimi pour WeKapture

Est-ce un exercice qui vous plaît finalement, l'écriture?

Oui, ça me plaît parce que c'est une forme de thérapie aussi... Pour un artiste, c'est toujours bien psychologiquement d'écrire des choses qui peuvent être très personnelles, ou des choses que l'on a pu vivre par l'intermédiaire de quelqu'un d'autre. C'est une démarche personnelle, parfois un peu compliquée, mais c'est super, c'est vraiment génial. Je prends en tout cas beaucoup de plaisir à le faire.

Les deux titres qui ont déjà été dévoilés vont dans deux directions assez différentes l'une de l'autre. « Danse » est un titre très produit, très léché, « À l'international », plus urbain. À quoi peut-on s'attendre en écoutant l'album?

C'est vrai que le deuxième album est beaucoup plus varié que le premier. C’est-à-dire que c'était important pour moi de mettre en avant mes différentes influences, qui sont très très éclectiques. Et c'est pour ça que les titres ne se ressemblent pas du tout. Il y a des influences reggae, des titres plus urbains, des titres plus pop, des titres plus « variété », des ballades... On retrouve d'ailleurs à ce propos plus de ballades sur ce deuxième album que sur le premier. Donc, oui, c'est un album très varié.

En parlant de « Danse », on va faire un petit aparté en évoquant un instant « Danse avec les Stars ». Qu'est-ce qui vous a incitée à participer à cette émission?

En fait, j'ai toujours aimé danser. J'ai toujours eu une admiration pour la danse et les danseurs professionnels. Et d'un autre côté, j'ai aussi toujours aimé regarder cette émission parce que les tableaux sont à chaque fois vraiment magnifiques et gracieux. Donc, j'ai accepté cette proposition pour cette raison, et aussi parce que c'est une discipline, la danse de salon, que je ne connais pas du tout. Ce n'est pas du tout mon univers. Moi, je viens d'une danse plus urbaine. Je pratique la danse africaine, hip hop, ragga. Et là, pour le coup, c'est quelque chose de vraiment très différent et c'est pour ça que j'ai envie de me lancer ce challenge. J'ai envie de participer à cette émission pour apprendre des danses que je n'ai jamais pratiquées. J'ai toujours trouvé intéressant d'apprendre de nouvelles choses. Je suis très demandeuse de ça, j'aime découvrir de nouvelles choses et les  apprendre. Et surtout quand on est dans le domaine artistique. La danse, c'est un art à part. Donc, je pense que cette émission ne peut m'apporter que de très bonnes choses.

Tal © Darius Salimi pour WeKapture

Connaissez-vous personnellement certains de vos « concurrents », entre guillemets ?

(rires) Oui. En tout cas plus ou moins. Avec Alizée, nous nous sommes croisées plusieurs fois et à chaque fois on a super bien sympathisé. Elle est vraiment adorable. J'ai aussi eu la chance de rencontrer Dany Brillant. J'ai chanté avec lui sur une émission de télé. Après, les autres, je ne les connais pas personnellement. Mais je pense que nous allons tous bien nous entendre. Vous savez, « Danse avec les Stars », c'est une compétition, mais une compétition gentille. Je pense qu'on va tous s'entraider. En tout cas, en ce qui me concerne, je ne vais pas là-bas dans un esprit de compét'... si ce n'est dans un esprit de compét' avec moi-même... (rires)

On va revenir à l'album. Nous évoquions le titre « À l'international » tout à l'heure. Comment s'est passé le tournage du clip?

Eh bien, figurez-vous que c'est la première fois que le tournage d'un clip durait si longtemps... Il a duré une semaine. On a beaucoup travaillé pour faire ce clip, et je pense que ça se voit. On a tourné dans de nombreux endroits pour avoir différents paysages. Ça a été une super expérience. Grâce à ce clip, j'ai pu découvrir des endroits que je ne connaissais pas du tout. Et ça, c'est toujours intéressant.

Dans la chanson, vous dites que vous aimeriez « faire de grands voyages »... Avez-vous déjà beaucoup voyagé?

Oui. Je trouve que j'ai en tout cas déjà beaucoup voyagé pour mon jeune âge. Après, il y a plein de pays que je n'ai pas encore visités, mais je trouve que j'ai déjà été très gâtée. J'adore voyager et découvrir de nouvelles choses. Je suis quelqu'un qui aime beaucoup découvrir des endroits différents, des cultures différentes... j'adore la découverte.

Quel est le voyage qui vous a le plus marqué personnellement et artistiquement?

Je pense que le voyage qui m'a le plus marquée, c'est le voyage que j'ai fait pour tourner le clip du « Sens de la Vie ». En fait, je suis partie à New-York pour la première fois de ma vie... et sachant que c'était un de mes rêves... vous imaginez... ça a été vraiment magique pour moi d'aller tourner ce clip dans cet endroit dont je rêvais depuis des années... Je pense que c'est un des voyages qui m'a le plus marquée à ce niveau-là.

Tal © Darius Salimi pour WeKapture

Dans votre premier album, vous abordiez des thèmes assez générationnels, toujours de façon positive, et des thèmes aussi un peu plus sociétaux, je pense notamment à « Toutes les Femmes » [sur le droit des femmes dans le monde]. Cette fois-ci, quels thèmes allez-vous aborder?

J'ai voulu garder ce côté positif parce que ça reflète totalement ma personnalité. Je trouve que c'est important, en tant qu'artiste, de chanter des chansons qui te correspondent. Après, on va retrouver des thèmes un peu différents que sur le premier album. « À l'international », par exemple, parle d'amour. Sur le premier album, il n'y avait pas vraiment de titres qui parlaient d'amour, en tout cas pas dans les singles. Donc, voilà quelque chose de nouveau. Et puis, il sera toujours question d'évasion, comme dans « Je prends le large ». Il y a aussi un titre qui s'intitule « Marcher au Soleil » qui a été écrit par Sylvie Berger qui va dans cette idée.

Sur « Danse », vous avez collaboré avec Flo Rida. On retrouve également sur d’autres titres Sia (« À l'infini ») et Little Mix (« Une autre personne »). Pouvez-vous un peu me parler de toute cette équipe qui vous a rejointe pour la création ? Comment les avez-vous rencontrés et qu'est-ce qui vous a donné envie de travailler avec eux?

Sia, ça a été une surprise. C'est vraiment flatteur et prestigieux pour moi d'avoir Sia sur cet album en tant que compositrice. En fait, j'ai travaillé sur cet album avec l'équipe SoFly & Nius, ce sont deux garçons qui ont composé notamment « Sans un regard » et « À l'infini ». Ils ont travaillé pour des artistes assez prestigieux, et notamment Justin Bieber. Ils travaillent beaucoup aux États-Unis. Ce sont des français, des lyonnais pour être précise,  et ils travaillent essentiellement avec des artistes américains. Et là, ils m'ont fait le plaisir de travailler sur mon album. J'en suis super contente. Ils sont vraiment adorables. Et c'est donc grâce à eux que j'ai pu avoir Sia sur le titre « À l'infini ». Ils m'ont fait écouter ce titre en anglais avec la voix de Sia, il s'appelait « Born to run ». Quand j'ai écouté la chanson, je leur ai dit « Oh la la, j'aime tellement cette chanson... j'aimerais tellement l'avoir sur l'album...Est-ce que ce serait possible de lui demander?... » Ils lui ont demandé et elle a accepté tout de suite. J'ai posé ma voix en anglais et puis on a écrit un texte un français avec les Mutine. Eux, ils ont notamment déjà écrit pour Jenifer et assuré d'ailleurs ses premières parties. Voilà donc pour l'histoire de Sia. Pour ce qui est de Flo Rida, on l'a tout simplement contacté pour savoir s'il accepterait de poser sa voix sur mon premier single, « Danse ». Il a accepté tout simplement. Malheureusement, je ne l'ai pas encore rencontré. Mais je trouvais assez cool d'avoir Flo Rida sur le premier single...

Tal © Darius Salimi pour WeKapture

C'est clair!

On ne va pas se plaindre!! (rires) Et puis, les Little Mix, je les ai rencontrées grâce à mon directeur artistique qui me les a présentées. J'y suis allée au culot, avec mon portable, je leur ai fait écouter un titre qui s'appelle « Une autre personne », que j'ai coécrit avec Ralph Beaubrun qui est un ami à moi. C'est une chanson français/anglais. Quand je la leur ai faite écouter, elles ont adoré le titre. Et donc, je leur ai proposé de venir chanter avec moi dessus. Elles ont accepté et elles ont posé leurs voix. Elles m'ont envoyé le track, et il se trouve en remix sur l'album. Donc voilà comment se sont faites toutes ces rencontres.

On retrouve un peu d'anglais sur l'album. Faut-il y voir une envie d'aller « à l'international », en tout cas d'exporter votre musique dans un avenir plus ou moins proche?

C'est vrai que j'ai toujours chanté en anglais. Depuis que je suis toute petite, en fait. D'ailleurs, je n'avais jamais envisagé sortir un jour un album en français... j'ai toujours chanté en anglais. C'est à partir du moment où j'ai rencontré Laura Marciano qui a composé tout mon premier album que j'ai chanté en français. Elle m'a dit qu'il fallait absolument que j'essaye le français, que ça m'irait super bien. Très franchement, au début, je ne la croyais pas. Je ne voulais pas le faire, j'étais comme bloquée. C'était très difficile pour moi, à vrai dire. Avec le temps, j'ai commencé à chanter en français et je suis rentrée en studio pour enregistrer le premier album. Là, sur le deuxième, j'avais vraiment envie de quelque chose de très personnel, d'y mettre de moi-même à 1000%. C'est pour ça que j'ai gardé le français, mais qu'aussi j'y ai intégré l'anglais qui tout simplement fait partie de mes influences.

Tal © Darius Salimi pour WeKapture

Je ne vais pas vous demander quelle chanson vous préférez parce que vous ne pourriez probablement pas me répondre. Mais de toutes les chansons qui figurent sur l'album, y en a-t-il une pour laquelle vous avez un peu plus de tendresse qu'une autre? Quand je dis tendresse, je pense à quelque chose qui se serait passé autour de la chanson, pendant sa création ou son enregistrement, pas franchement la chanson en elle-même...

Je dirais « Une autre personne »... [Tal réfléchit un instant] Et puis, non, je vais vous dire « Marcher au Soleil » parce que l'histoire est assez drôle... C'est un titre qui au départ ne m'était absolument pas destiné. En fait, j'étais dans le bureau de mon DA, on était en train de parler de mon album, de comment ça avançait, etc... Et il me fait écouter des chansons. Là, il me fait écouter « Marcher au Soleil ». C'était un garçon qui chantait cette chanson. J'ai tout de suite adoré le titre et il m'a dit que ce n'était vraiment pas une chanson pour moi... (rires) Il trouvait ça trop pop pour moi. Je lui ai dit que j'allais l'enregistrer en studio pour voir, j'avais envie d'essayer... Il m'a dit Ok sans en être vraiment convaincu. « Fais ce que tu veux... » Du coup, on est allé au studio et j'ai enregistré ce titre et... tout le monde a été halluciné du résultat. J'avais envie de cette chanson et même si elle ne m'était pas destinée, je me la suis vraiment appropriée...

L'album sort en édition classique et dans une édition collector avec un DVD, un sticker, un sac... Vous qui êtes de la génération mp3, attachez-vous de l'importance au support physique?

Je pense que c'est plus important pour mes fans que pour moi... J'aime beaucoup mes fans. Je suis vraiment très proche d'eux virtuellement à travers les réseaux sociaux. J'ai toujours voulu leur faire plaisir. C'est grâce à eux que je peux continuer à vivre de ma passion. Donc, je leur suis vraiment reconnaissante de ça. C'est vraiment pour eux que j'ai fait ce coffret collector. En tout cas, c'est vraiment comme ça que je vois les choses...

Un petit mot sur la scène... Des dates se profilent-elles?

Oui... Bien sûr! Il y aura une tournée à partir de mars 2014. Ce sera une tournée de grandes salles. Les dates seront annoncées très rapidement sur mon site officiel. J’ai vraiment hâte d'y être. Je fais ce métier pour faire de la scène... donc, j'ai vraiment vraiment hâte!

Tal © Darius Salimi pour WeKapture

Effectivement, quand on vous voit sur scène, on comprend encore mieux « Le sens de la vie ». C'est votre élément, finalement...

Oui. Vous savez, depuis que je suis toute petite, je me suis toujours rêvée sur scène. Ça a toujours été là où vraiment je me sentais le mieux. Mon univers, c'est la scène. Et donc, oui, je pense que ça se ressent quand je suis sur scène et c'est grâce à l'énergie que me donne le public aussi...

L'album sort officiellement dans trois jours [notre interview a été réalisée le vendredi 30 août], dans quel état d'esprit êtes-vous? J'imagine que tout se bouscule un peu avec la promo, mais autrement...

(rires) C'est vrai que tout se bouscule!! En tout cas, je suis vraiment impatiente de connaître les impressions des gens, des fans et aussi des gens qui ne sont pas forcément fan. J'ai envie de savoir ce qu'ils vont en penser. Donc, oui, je suis impatiente et stressée. Et encore plus stressée que pour la sortie du premier parce qu'il va y avoir plus de gens qui vont l'écouter puisque sur un premier album, forcément, moins de monde vous connaît. Donc, oui, effectivement, c'est un stress supplémentaire. Donc, j'ai vraiment hâte, hâte, hâte... (rires)

Avec le recul, ce deuxième album a-t-il été finalement plus facile ou plus difficile à mettre en place?

Je dirais plus facile, bizarrement, parce que ça devrait être plutôt l'inverse... Mais en fait, la création de cet album a été vraiment spontanée. Tout a été fluide. Tout s'est fait « coolement », avec une bonne énergie. C''est marrant, mais ça a été plus facile et plus cool...

Il faut dire aussi que le premier a connu un petit parcours du combattant...

On peut dire ça comme ça!! (rires) Les titres qui se sont retrouvés sur le premier album sont des titres qui existaient depuis très longtemps pour moi. Avant qu'ils ne sortent, « On avance », « Le Sens de la Vie » et « Le Droit de Rêver » existaient déjà depuis quatre ans. Donc, pour moi, quand ils sont sortis... j'avais déjà des envies de nouvelles chansons qui correspondaient plus à l'état d'esprit dans lequel je suis aujourd'hui, en tant que jeune femme...

Propos recueillis par IdolesMag le 30 août 2013.
Photos : Darius Salimi pour WeKapture
Site web : http://www.tal-officiel.com/









+ d'interviews
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut