Interview de Emma Daumas

Propos recueillis par IdolesMag.com le 26/03/2011.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Emma Daumas - Droits Réservés

Emma Daumas est toujours là où on l'attend le moins. Après un EP « Acoustic » sorti en digital l'année dernière, elle revient avec un conte pour enfants, « Les Larmes de Crocodile ». Des chansons qu'elle a écrites avec Mathias Miramon, le fils de Marcel Amont. Elle nous parlera longuement de cet album et des différents autres protagonistes de ce conte, comme Alain Chamfort, Marcel Amont, Gérard Darmon, Elodie Frégé et Caroline Loeb. Elle nous parlera aussi un peu de ses projets. Elle est en ce moment au Brésil en quête d'inspiration et de nouveaux sons...

IdolesMag : Créer un conte pour enfants, était-ce quelque chose qui trottait dans ta tête depuis longtemps?

Emma Daumas : Pas vraiment en fait. Ça s'est fait de façon spontanée à la suite d'une rencontre. J'ai répondu positivement à la proposition de Rémi Guichard, du label de culture pour enfants Les formulettes à la suite de ma participation à l'album des Weepers Circus avec cette même production : « Les Weepers Circus à la récré ».

Qu'est-ce qui a été le moteur de cette aventure?

Mon envie d'enrichir mon écriture en la mettant au service d'un projet différent de ce que j'avais l'habitude de faire. Et puis je suis restée une enfant, j'aimais l'idée de m'adresser à eux en me mettant un peu en retrait car pour eux, ce qui compte, ce n'est pas tant l'interprète, ce sont surtout les histoires et la musique.

Les Larmes de CrocodileComment as-tu rencontré Mathias Miramon?

Par le biais de Laurent Balandras, un éditeur avec qui j'ai travaillé longtemps, lors d'une soirée dédiée à Caroline Loeb. Nous avons discuté, j'ai ensuite écouté ce qu'il faisait et ça m'a plu. Mathias n'avait jusqu'alors jamais participé à un projet destiné à sortir dans le commerce mais il foisonnait d'idées et de créativité. Avant « Les larmes de Croco », nous avons d'ailleurs sorti un EP sur internet qui s'appelle « Acoustic » enregistré ensemble. 

Depuis quand travaillez-vous sur ce projet? Sa gestation a-t-elle été longue?

Nous y travaillons depuis Mars dernier. La conceptualisation et l'écriture se sont faites en 3 mois. Ensuite nous sommes rentrés en studio et y sommes restés tout l'été. A la rentrée, nous avons finalisé l'image et il est sorti fin Octobre. Depuis nous travaillons à sa promotion.

Tu es auteure et compositrice. Ta manière d'aborder une chanson est-elle différente dans un
contexte de conte pour enfants comme celui-ci ?

Oui très. En ce qui concerne « Les Larmes de Crocodile », cet album est composé uniquement de fables car nous trouvions que cette forme était tout à fait appropriée et assez intelligente pour les enfants. Le fait de raconter une histoire que l'enfant pourrait retranscrire dans son quotidien avec une morale, une ligne de conduite mais en se servant d'animaux comme personnages les incarnant réunissait toutes les conditions. Nous nous sommes attachés au sens, à la cohérence. 
Pour mes chansons perso, je m'attache d'avantage aux sentiments et à la sonorité du texte.

Beaucoup de chansons et d'idées ont-elles été mises de côté pendant l'élaboration du projet?

Quelques unes mais en 3 mois, nous avions juste le temps d'élaborer un album de 12 titres, nous avons du mettre le turbo!

Les animaux auxquels vous donnez la paroles sont des animaux rarement présents dans les fables. Était-ce une volonté de votre part, à Mathias et à toi, de prendre des animaux moins « classiques »?

Non, c'est une constatation que nous avons faite à la fin. Nous voulions qu'il y ait un prélude mais il a été écrit en dernier. C'est Marcel Amont qui a lancé l'idée, que nous avons tout de suite aimée car en effet, cela rajoute une originalité.

© Marie Laure Bréchet

De quel animal présent sur le disque te sens-tu la plus proche? Et pourquoi?

Je me sens très proche de Sam. Un éléphant complexé par la taille de ses défenses qui refusent de pousser. Il passe donc énormément de temps à croire qu'il ne sera jamais heureux et se met des bâtons dans les roues tout seul. Mais nous lui avons réservé une fin heureuse, contrairement à d'autres personnages de l'album! En règle générale, il arrive à ces personnages des choses très réalistes que tout le monde risque d'avoir vécues un jour. 

Marcel Amont, qui est le père de Mathias, a écrit trois chansons sur ce disque + le prélude.
Comment est-il arrivé sur le projet?

Par le biais de Mathias évidemment et parce que dès le début de l'élaboration du projet, il a été enthousiaste et nous a proposé des tonnes d'idées! A 80 ans passés, c'est un homme très actif et un auteur passionné. Il a apporté une très bonne dynamique quand parfois, nous commencions à nous essouffler un peu.

Gérard Darmon, Emma Daumas, Mathias Miramon, Marcel Amont - Droits réservés

Comment s'est passé votre collaboration, vous qui êtes des artistes de générations différentes?

Très bien! Chacun a amené au projet un style, un point de vue dans le respect et pour le bien du projet. Nous n'étions pas toujours sur la même longueur d'ondes mais l'humilité de Marcel a permis d'avancer dans le bon sens, ce qui est très agréable!

Vous vous êtes entourés de quelques autres artistes. J'aimerais que nous les évoquions ensemble,
si tu le veux bien... Les connaissais-tu auparavant? Comment se sont-ils retrouvés sur le projet?
Comment s'est passée votre collaboration?

Nous avons fait appel à des artistes que nous aimions et que au moins l'un de nous connaissait, de façon à ce que tout se passe dans une bonne ambiance, familiale et décontractée. Nous souhaitions des rapports sincères, que les artistes soient à l'aise avec leur chanson et que nous puissions communiquer dessus.

Alain Chamfort - Droits RéservésAlain Chamfort, l'éléphant.

Par le biais de Romélie, la soeur de Mathias, nous avons contacté Alain et lui avons envoyé la chanson. Nous pensions à lui car Sam est un personnage fragile et discret, tout comme ce qu'évoque la voix et l'interprétation d'Alain. Il a accepté très vite, nous étions aux anges!

Gérard Darmon, le paresseux.

Gérard est un ami de Marcel et il avait déjà enregistré un duo sur son précédent album. Sa voix et son flegme nous ont très vite décidés à lui demander d'interpréter le paresseux. J'ai rarement vu quelqu'un d'aussi cool, simple et disponible dans ce milieu! Il est venu régulièrement au studio, nous avons partagé des moments très agréables.

Elodie Frégé - Droits RéservésElodie Frégé, l'hirondelle.

Elodie est une bonne copine. J'aime sa voix, sa dualité, sa douceur. Elle fait une parfaite interprète sur L' hirondelle. Elle manque de confiance en elle, il faut souvent la rassurer sur sa valeur, en studio c'est flagrant. Sa fragilité me touche beaucoup mais elle sait aussi être très rigolote! 
Nous avions déjà collaboré sur mon précédent album "Le chemin de la maison" en écrivant un texte, "Dansez".  

Caroline Loeb - Droits RéservésCaroline Loeb, la girafe.

Caroline avait mis  "Le chemin de la maison" en scène pour la tournée qui s'est achevée en octobre dernier. C'est une fille pleine d'énergie, de volonté et une très bonne conteuse d'histoires. Il faut la voir dans son spectacle "Mistinguett, Madonna et moi" ! Je suis heureuse de pouvoir la compter parmi nos invités.

Avez-vous approché certains artistes qui ont refusé de participer au projet?

Mathieu Boogaerts que nous avons approché car nous aimons beaucoup son travail n'a pas souhaité y participer car il était dans autre chose. J'espère pouvoir travailler avec lui un jour.

Peux-tu me parler de Marie-Laure Bréchet qui signe les illustrations du livret?

Marie-Laure est une femme adorable, très disponible, passionnée qui a mis tout son coeur dans ces illustrations! Nous avons longtemps cherché avant de trouver la personne avec la même sensibilité et la même vision que nous, capable de retranscrire nos chansons en images. J'ai aimé son approche des couleurs, la rondeur de ses traits, ses propositions artistiques, par exemple sur Sam, dans la chanson, pendant ses heures solitaires, la seule personne à qui il se confie est la lune. Marie-Laure a eu l'idée de l'illustrer en dessinant les défenses de Sam en forme de lune, c'est poétique, simple. j'adore!

L'album contient des versions karaoké. Belle idée pour les enfants. Pourquoi n'y en a-t-il que trois et
pas l'intégralité des chansons?

Nous avons choisi les solos, les plus simples à apprendre pour les enfants.

Ce projet est-il amené à vivre sur scène?

Pour l'instant rien n'est prévu de ce côté là, un jour peut être...

Penses-tu que « Les Larmes de Crocodile » est plutôt destiné à un public d'enfants ou d'adultes?

Evidemment à la base c'est un album pour enfants mais nous avons fait en sorte que les parents ne s'ennuient pas en l'écoutant. Nous voulions que toute la famille y trouve son compte, d'où aussi le choix des invités, multigénérationnel! Nous nous sommes inspirés pas mal d'Henri Salvador et son album "Le loup la biche et le chevalier" qui incarne déjà parfaitement ce concept. C'est pourquoi je reprends dans l'album "L'abeille et le papillon".

Aimais-tu les fables de Lafontaine quand tu étais gamine?

Beaucoup! « Le lièvre et la tortue » était ma préférée, nous la récitions avec ma grand-mère. En travaillant sur l'album, nous nous sommes replongés dedans et je me suis rendu compte de l'ampleur du travail de cet auteur. Je n'en connaissais pas le quart! Il y a une matière incroyable! Il était déjà très moderne à sa façon, contestataire mais avec une grande finesse d'esprit. On comprend pourquoi ses fables ont traversé les âges.

As-tu gardé une âme d'enfant? Es-tu restée une enfant?

Oui. même si je commence à mûrir, il y a une résistance en moi qui ne veut pas grandir. Comme beaucoup de gens je crois! Sur mon dernier album solo, "Le chemin de la maison", il y a une chanson qui parle de ça, elle s'appelle « Neverland ». J'ai eu la chance de travailler avec Marcel Kanche, un auteur formidable qui a su retranscrire cet univers mélancolique, d'une adulte qui s'accroche et qui résiste. Mais j'apprends l'acceptation du temps qui passe, petit à petit.

© Marie Laure Bréchet

Avec un album de fables, plus enfantin, n'as-tu pas peur de déboussoler ton public?

Le public qui me suit et me connaît à l'habitude de la variété de mes propositions! En ce qui concerne celui qui ne me connaît pas encore, je pense que c'est une bonne occasion pour découvrir mon travail.

Tu es actuellement en pleine création, je pense... Peux-tu m'en dire un peu plus sur le projet sur lequel tu travailles actuellement? Est-ce un prochain album pour ta carrière solo? Ou bien un nouveau projet un peu à part?

Pour l'instant j'écris, je découvre d'autres styles musicaux, je m'inspire... Je suis au Brésil pour quelques mois, on verra bien ce qu'il en ressort. Je déteste me mettre la pression et j'ai la chance de pouvoir aller à mon rythme. J'en profite!

Quel genre d'auteure et de compositrice es-tu? Es-tu une boulimique de création ou crées-tu plutôt
avec parcimonie?

Ça dépend vraiment des moments. Mais quand un projet est mis en marche, je sais avancer vite si je suis bien entourée. J'ai besoin d'être entourée, je ne suis pas une solitaire.

Propos recueillis par IdolesMag le 26 mars 2011.









+ d'interviews
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut