Bill German, Under Their Thumb

26-09-2011 - 17:31.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Bill German, Under Their Thumb - éditions Le mot et le reste

Le récit de Bill German, « Under Their Thumb, ou comment un gamin de Brooklyn a fréquenté les Stones », est disponible depuis le 22 septembre dernier aux Éditions « Le mot et le reste ».

Fascinant. Il n’y a pas d’autre mot pour qualifier ce récit autobiographique de Bill German, le créateur du fanzine consacré aux Rolling Stones, « Beggar’s Banquet ».

C’est par l’intermédiaire de sa sœur (qui lui a revendu sa collection d’albums des Stones à 1 dollar pièce) que le jeune Bill découvre la musique de ce groupe légendaire. Nous sommes en 1972, il habite Brooklyn, il devient rapidement l’un de leurs fans les plus assidus. Rien ne le prédisposait cependant à les fréquenter. Le jeune Bill a deux passions dans la vie : Les Stones et le journalisme. À 18 ans, il décide donc d’allier les deux et crée son propre petit fanzine consacré aux Stones. Les débuts sont difficiles, le fanzine est tiré sur l’appareil de reprographie de son lycée, de simples photocopies, en somme. Il en vend quelques-uns par l’intermédiaire de disquaires. Si au début, il collecte ses informations exclusives par les médias et le bouche-à-oreille, rapidement, son flair journalistique le pousse plus en avant. Il comprend d’ailleurs très vite qu’il doit aller plus loin dans ses investigations. Le fan qu’il est a son réseau, et très vite, il se retrouve dans le sillage du groupe…

Il raconte sa première « rencontre » avec Mick Jagger à l’entrée d’une boîte de nuit. Il ne lui adresse même pas la parole. C’est à Woody (Bill) qu’il donne pour la première fois son fanzine. Celui-ci n’en revient pas, « Comment tu as eu ça ? C’est sorti seulement aujourd’hui ! »… Parallèlement, la diffusion du fanzine devient plus importante. Les fans le remercient de leur montrer les Stones comme des gens normaux.

Il comprend très vite que, même avec des infos exclusives (il suit le groupe et les traque sans relâche), sans interview, il n’ira pas bien loin. « Je sentais qu’il me manquait quelque chose », dit-il. Le premier a lui en accorder une sera Ian Stewart.

De fil en aiguille, il entre dans le cercle fermé de ceux qui côtoient les Stones et son fanzine devient officiel. Il explique d’ailleurs avec amusement le nombre de fois que Keith Richards a reporté son interview…

Pendant près de 500 pages, on revit la formidable épopée de Bill German, son « Beggar’s Banquet », mais aussi, en parallèle celle des Stones. Ce livre raconte le destin formidable d’un fan qui aura été au bout de sa passion, de 1978 à 1996, en 102 numéros avant de tirer définitivement un trait sur cette aventure, probablement la plus belle de sa vie. « Le poids était devenu trop lourd… » A-t-il été vampirisé par les Stones ? Cette aventure l’a-t-elle changé ? Certainement, on ne sort pas indemne de 18 ans passés aux côtés de Stones, et pourtant, quelle riche aventure ! Parallèlement, il décortique évidemment la machinerie médiatique et économique des Stones. Il y a l’artistique et le business… À lire sans modération.









+ de news et d'actus musique
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut