Constance Amiot, Once Twice

28-08-2011 - 10:45.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Constance Amiot, Once Twice

Constance Amiot revient le 26 septembre prochain avec son nouvel album, « Once Twice », chez Tôt ou tard.

Les influences de Constance Amiot sont nombreuses. Son parcours est atypique et métissé, ça se ressent forcément dans sa musique. C’est en Côte d’Ivoire, à Abidjan, qu’elle voit le jour, mais c’est au Cameroun et aux États-Unis qu’elle grandira. Même si elle débute dans la musique en tant que pianiste, c’est la guitare, qu’elle découvrira quelques années plus tard, qui sera son instrument de prédilection.  Elle débute sa carrière au sein du groupe Virus et sort son premier album autoproduit en 2003, « Whisperwood ». C’est à New-York qu’elle enregistre le second, « Farytale », qui sort en 2007 chez Tôt ou Tard. Elle fait les premières parties de Da Silva, Vincent Delerm ou encore Arno.  En 2009, elle signe (paroles, musiques et textes) un livre disque pour enfants, « À la bonne étoile » dont le conteur n’est autre que Sanseverino. Elle revient aujourd’hui avec un nouvel album, « Once, Twice », pour le moins original.

Constance Amiot © Julien Mignot

Retour en juillet 2009, Manu Da Silva est en studio, il enregistre son album « La tendresse des Fous ». Une idée, pour le moins saugrenue mais diablement intéressante, lui vient en tête : transposer cet album en anglais et le faire enregistrer par quelqu’un d’autre. L’exercice est ardu, tant les mots de Da Silva sont ciselés et pesés et que la langue anglaise ne sonne pas vraiment comme celle de Molière. Il appelle alors Constance Amiot et lui propose le challenge… Constance se met alors au travail. Il lui faut transposer l’album en anglais, sans trahir l’univers et l’esprit de Da Silva, mais aussi (et surtout) sans se trahir elle-même !

Le résultat est assez surprenant et même bluffant. Bien entendu, il y a une base commune, à n’en pas douter. Constance Amiot a relevé avec brio cet exercice de style ô combien difficile. Elle a fait siennes ces chansons, en leur apportant sa propre vérité et sa propre authenticité. Deux ans après la sortie de « La Tendresse des Fous », on redécouvre avec bonheur ces titres de Da Silva, pour la plupart enregistrés avec les mêmes musiciens, mais avec une autre couleur. Une des belles surprises de la rentrée.









+ de news et d'actus musique
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut