Emmanuel Moire : chronique de l'album Mon Odyssée

29-01-2019 - 08:03.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Emmanuel Moire : pochette album Mon Odysée - 15 février 2019 - DR

Emmanuel moire publie le 15 février prochain son cinquième album, « Mon Odyssée ».

Emmanuel Moire est pluriel. On l’a connu dans la comédie musicale « Le Roi Soleil », puis il nous a enthousiasmés dans le rôle de Emecee dans « Cabaret ». Plus tard, on a également pu suivre ses exploits dans « Danse avec les Stars ». Mais on l’a surtout aimé et découvert au travers de ses propres productions.

Emmanuel Moire, « La Promesse »

Après « (Là) où je pars », « L’Équilibre », « Le Chemin » et « La Rencontre », Emmanuel Moire publie « Mon Odyssée » le 15 février, un album au titre épique, sans aucun doute le plus audacieux de sa carrière, parce le plus sincère et le plus proche de l’homme qu’il est aujourd’hui. C’est d’ailleurs cette soif d’authenticité qui interpelle dès la première plage, « Le Grand Saut », « J’ai parfois cette impression / D’être à l’intérieur, un inconnu / … / Je n’avance plus », l’artiste fait son « premier pas … vers l’inconnu, l’inédit, le nouveau ». Un grand saut vers l’avant. Le grand plongeon d’un artiste. Un vertige de liberté et de vivre. L’acceptation de soi, sans fard ni artifices. Cette chanson à elle seule aurait pu justifier la publication d’un album. Mais mieux : elle en donne le ton. Parce l’Odyssée d’Emmanuel Moire ne s’arrête pas là, elle se décline et se nuance au fil des treize plages qui la composent. Plus loin, l’artiste, qui signe ici la – quasi – intégralité des paroles (mise à part la bien nommée « Des mots à offrir » signée Jean-Jacques Goldman), évoque les « méandres du passé » (« La Quête »), « la peur qui paralyse » lorsqu’on se « libère de ses chimères » (« Le Héros »), la promesse d’une victoire à la vue d’une « Épreuve » ou le souvenir de sa grand-mère (« La femme au milieu »). Bien sûr, on retrouve « La Promesse » qui n’a pas eu le destin qu’elle ambitionnait, mais qui en gagnera finalement un autre, probablement plus grand encore. Et puis l’amour, éternel et pluriel lui aussi, qui tisse un lien entre les chansons tel un fil d’Ariane.

Emmanuel Moire, « Et si on parlait d’amour »

L’Odyssée d’Emmanuel Moire s’écoute comme on lit un roman, dont « la seule limite est l’histoire que l’on se raconte ». Elle nous transporte, nous remue, nous captive. Elle fait poindre une larme, elle ravive des souvenirs. Elle émeut, questionne, et apaise. Elle raconte une histoire et dresse le constat d’ « une vie ». La sienne, évidemment. Mais également la vôtre et la nôtre.

Il en aura fallu du courage pour poser ces mots sur le papier, puis les chanter et enfin les livrer au public. Sans jamais verser dans une quelconque forme de facilité, de victimisation, de pathos ou de moralisation, cet album, bienveillant et percutant, crie la soif de vérité et l’envie d’avancer d’un artiste. Sa mise à nu. À vif.

Un album viscéral. Animal. Brut. Et paradoxalement, tellement sensible et doux.

Luc Dehon









+ de news et d'actus musique
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut