Chronique de Walk Between Worlds de Simple Minds

01-02-2018 - 10:13.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Simple Minds pochette Album Walk Between Worlds - 2 février 2018 - DR

Le nouvel album du mythique groupe écossais Simple Minds, « Walk Between Worlds », est attendu le 2 février prochain.

Après s’être offert une parenthèse acoustique saluée par la critique et plébiscitée par le public, Jim Kerr, Charlie Burchill et leurs acolytes reviennent dans les bacs avec un tout nouvel album, synthétique certes, mais essentiellement nourri par la guitare de Charlie. Il faut dire que la tournée qui a suivi la sortie de « Acoustic » a ouvert un champ de possibles nouveaux au groupe. Plusieurs  titres qui composent « Walk Between Worlds » ont été écrits et composés à la suite de la tournée « Big Music » en 2014, avant « Acoustic » donc. Les autres sont des crus post-« Acoustic ». Ce qui confère à ce nouvel album une identité toute particulière, aux confins d’un esprit New-Wave alternatif resté intact et d’une nouvelle approche sonore plus cinématique.

Si les débuts du groupe ont été essentiellement dévolus aux démonstrations sonores (question d’époque nous étions en plein eighties), les nouvelles compositions abordent des réflexions plus nourries. Il est ici beaucoup question de foi (au sens large, pas forcément religieuse), de désir et des relations entre différentes générations. Petit clin d’œil également au « Barrowland Star », salle de la banlieue de Glasgow qui a accueilli le groupe à de nombreuses reprises.

Et ça donne quoi ? Eh bien, un très – très – bon album. En presque… (40) ans de carrière, des hauts et des bas, Simple Minds a toujours réussi à se renouveler et à exister, sans jamais trahir son essence. Les écossais livrent aujourd’hui un album « à l’ancienne » mais pas old school pour un penny. Un album léché et pourtant direct et concis composé de huit titres et d’une durée de 42 minutes, à l’image d’un 33 tours. Avec une Face A dans la veine du plus pur son Simple Minds (l’ombre de « Don’t You (Forget about me) » plane) et une Face B plus allégorique, élargissant ainsi les horizons du groupe.

Simple Minds repart évidemment sur les routes. Le groupe fera notamment escale le 17 février à la Salle Pleyel (Paris 8ème), le 18 à l’AB (Bruxelles – BE), le 9 juin à Grimaud (83) dans le cadre du Harley-Davidson Euro Festival, le 17 au Festival de Nîmes (30), le 12 juillet à Muscial (Aix-les-Bains – 73) et le 20 à Carcassonne (11).

Luc Dehon









+ de news et d'actus musique
Inscris toi à la newsletter
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut