The Punishment of Luxury le nouvel album de Orchestral Manoeuvres In The Dark

05-09-2017 - 09:36.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Orchestral Manoeuvres In The Dark pochette nouvel album The Punishment of Luxury - DR

« The Punishment of Luxury » (RCA-SONY) le nouvel album du groupe Orchestral Manoeuvres In The Dark est disponible depuis le 1er septembre dernier.

Fondé il y a presque quarante ans par deux adolescents, Orchestral Manoeuvres in the Dark (OMD) est un des groupes pionniers de la synth-pop. Avec ses albums « Architecture and Morality » (1981) et « Dazzle Ships » (1983) le groupe a façonné la dominante musicale des eighties.

Aux côtés de The Human League et Gary Numan, Orchestral Manœuvres In the Dark, avec des tubes emblématiques comme « Enola Gay », « Electricity » ou « Souvenir », a contribué à installer le genre synth-pop dans le paysage musical.

Orchestral Manœuvres in The Dark est de retour avec un treizième album studio « The Punishment Of Luxury » : une collection de synth-pop stylée et de chansons magistrales par lesquelles les OMD sortent de leur zone de confort sans compromettre leur intégrité. « C’est presque comme si nous étions de retour à l’adolescence après toutes ces années » confie Andy. « Nous faisons ce que nous voulons et il n’y a pas de label pour nous dire ce que nous devons faire ou pas. »

L’album a été enregistré dans leurs studios persos, respectivement à Merseyside pour Andy McCluskey et à Londres pour Paul Humphreys, puis finalement mixé par les deux chez Paul. Si par le passé les chansons du groupe étaient pleines de naïveté et d’excitation, pour ce nouvel opus l’humeur est plus réfléchie, plus optimiste, mais l’énergie qui mène OMD est toujours la même. « Sur cet album nous avons réussi à faire de belles choses à partir de bruits et de modèles répétitifs » explique Andy. « Le problème est que l’on ne se lasse pas d’écrire des mélodies accrocheuses ! » 

Le titre de l’album vient du nom d’une peinture de 1891 par l’Italien divisionniste Giovanni Segantini accrochée à la Galerie Walker Art à Liverpool, là où Andy la remarqua. Le divisionnisme est une technique de peinture similaire au pointillisme et la peinture de Sagantini, « The Punisment of Luxury » représente 2 femmes condamnées à avoir des idées plus fortes qu’elles flottant dans les limbes du purgatoire dans un paysage alpin.  « Nous nous sommes appropriés le titre pour autre chose » explique Andy. « En résumé : la plupart des gens du monde occidental sont maintenant matériellement plus riche que leurs ancêtres ne l’ont jamais été et maintenant nous sommes moins heureux car nous avons remplacé l’ordre imaginaire de la religion et de la royauté par l’ordre imaginaire du marketing et de la propagande commerciale. Du coup, tout le monde pense qu’il a besoin de plus en plus de choses. Maintenant nous avons des tonnes de choses dont nous n’avons pas besoin car nous avons été persuadés du contraire. Tout le monde est misérable, malheureux et c’est la punition de l’opulence. »

Au programme de « The Punishment of Luxury » on retrouvera notamment les titres « Isotype », « One More Time », « Precision & Decay », « As We Open, So We Close », « What have We Done », « Robot Man », « Art Easts Art », « Kiss Kiss Kiss Bang Bang Bang », « La Mitrailleuse », « Ghost Star » et « The View From Here ».

Ecoutez « The Punishment of Luxury » de Orchestral Manoeuvres in The Dark

Olivier Martin









+ de news et d'actus musique
Inscris toi à la newsletter
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
 
Retour en haut