Chronique de l'album La nuit philharmonique de Delphine Coutant

24-05-2017 - 11:49.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Delphine Coutant pochette album La nuit philharmonique - DR

Le nouvel album de Delphine Coutant, « La Nuit Philharmonique », est paru le 28 octobre dernier.

Il est des albums dont vous captez les ondes aux premières mesures, qui vous étonnent, vous interpellent, vous enchantent, vous touchent au plus profond sans que vous ne sachiez véritablement pourquoi et puis ceux qui ont un goût de déjà-vu, de déjà entendu. Ces derniers sont devenus malheureusement légion ces dernières années…

« La Nuit Philharmonique » de Delphine Coutant fait sans nul doute possible partie de la première catégorie. Si tant est que cela soit possible de catégoriser (quelle hérésie !) un projet comme celui-ci. Car la poésie et la musicalité de Delphine Coutant échappent à toutes les règles, même les plus élémentaires. Mise à part, peut-être, celle des notes de musique. Et quand bien même puisqu’elles peuvent se révéler tour à tour magiques et facétieuses à qui sait les manier et les caresser élégamment.

« La Nuit Philharmonique » est un album à nul autre pareil. Étrange et pénétrant. Insaisissable. Changeant. Moiré. Furtif. Et paradoxalement tellement costaud et solide. Parce nourri de la première à la dernière note et du premier au dernier mot. Certains parleront de poésie de l’Absurde. C’est indéniable, la poésie de Delphine Coutant est absurde. Mais elle ne se résume pas à ça. Elle est plurielle. Tellement Féminine. Folâtre. Surréaliste. À la fois impressionniste et expressionniste. En un mot, elle est vivante. Tellement vivante.

Beaucoup évoquent des univers parallèles avec ceux d’une Camille ou d’une Claire Diterzi. Peut-être faut-il voir dans ces accointances une manière d’exercer son talent ou une sensibilité exacerbée ? Peut-être ? Parce qu’au final l’univers de Delphine Coutant n’appartient qu’à elle. Il est unique. Elle est unique. Elle manie l’art et la manière comme personne. Comme elle l’entend… ou comme le lui suggèrent les ondines de ses marais salants. Sachez qu’elle partage ses journées entre les fleurs de Guérande et ses exercices de style artistiques.

Bien entendu, vous l’aurez compris, nous ne tarissons pas d’éloge à propos de « La Nuit Philharmonique ». Il faut dire que nos sens n’avaient plus été mis en émoi de telle manière depuis belle lurette. Avec « La Nuit Philharmonique », Delphine Coutant livre un somptueux recueil d’élégies qui célèbrent, une fois n’est pas coutume, la vie. Merci, Mademoiselle. Votre poésie nous a émus. Elle est ébouriffante.

Luc Dehon









+ de news et d'actus musique
Inscris toi à la newsletter
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
 
Retour en haut