Chronique de The Afterlove de James Blunt

27-03-2017 - 15:42.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








James Blunt pochette album The Afterlove - DR

James Blunt revient avec un tout nouvel album, « The Afterlove », paru le 24 mars dernier.

Que de chemin parcouru depuis la parution de cette chanson encore et toujours sur toutes les lèvres, « You’re beautiful ». C’était il y a douze ans. L’artiste britannique a, depuis, publié par moins de cinq albums studios (« Back to Bedlam » en 2004, « All the lost souls » en 2007, « Some kinds of trouble » en 2010, « Moon landing » en 2013 et « The Afterlove » cette année) ponctués par plusieurs albums live. Quatre années nous séparent donc du dernier disque de James Blunt.

C’est aujourd’hui entouré d’Ed Sheeran, Ryan Tedder (membre de OneRepublic ayant collaboré avec Adele, Maroon 5), Johnny McDaid (Bridy), Amy Wadge (Ed Sheeran, Shannon Saunders), Stephan Moccio (Miley Cyrus, The Weeknd) ou encore MoZella (Miley Cyrus, One Direction) que James Blunt a avancé sur ce nouveau projet qui ne tranche pourtant pas véritablement d’avec ses précédentes productions. Il est évidemment beaucoup question d’amour (et d’humour) au fil des treize titres qui composent cet opus. Des titres vraisemblablement taillés pour la scène, avec des refrains hyper fédérateurs reprenant, à s’y méprendre, les codes de « You’re beautiful ». Alors, certes, l’artiste ne se renouvelle pas véritablement (si ce n’est quelques légères touches d’électro et de R’n’B et une réalisation qui lorgne clairement aujourd’hui vers des sonorités plus pop), mais un chanteur se doit-il de toujours prendre un nouveau virage à chaque sortie d’album ? Non. Il faut être honnête, James Blunt fait du James Blunt et il le fait plutôt honorablement et même fichtrement bien. Les fans seront conquis(e). Les autres se laisseront rapidement convaincre parce que Blunt a un réel talent de songwriter et que l’émotion suggérée par ses mélodies n’est jamais feinte.

Avec une bonne dose de cette autodérision so british et sans grande prise de risque, James Blunt publie avec « The Afterlove » un cinquième album plutôt très chouette qui ravira les fans de ballades ultra-romantiques. En laissant une nouvelle fois poindre sa mélancolie et sa vulnérabilité, mais tout en s’aventurant sur des sentiers moins tristounes, l’artiste nous a une nouvelle fois cueillis. Notre côté fleur bleue certainement…

Luc Dehon









+ de news et d'actus musique
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut