Chronique de Ensen le nouvel album d'Emel

10-02-2017 - 07:03.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Emel pochette album Ensen - sortie 24 février 2017 - DR

Emel s’apprête à publier son nouvel album, « Ensen », le 24 février prochain chez Partisan Records – [Pias].

Tout le monde se souvient très probablement du titre « Kelmti Horra (My World Is Free) » qui s’est imposé rapidement comme hymne du Printemps Arabe. Certains ont même qualifié la voix d’Emel comme étant celle de la révolution tunisienne. L’artiste a d’ailleurs été invitée à se produire à la cérémonie de remise du Prix Nobel de la Paix l’année dernière.

Emel revient aujourd’hui avec un deuxième album, particulièrement troublant et riche. Tellement riche. Riche de tant de couleurs, d’atmosphères et d’horizons différents. C’est la singularité et la pluralité de la personnalité de l’artiste, le timbre de sa voix, ses intentions et ses ambitions qui confèrent à ses compositions ce climat si particulier, entre turbulences et quiétude totale.

Des sonorités traditionnelles (un gumbri, un luth tunisien à trois cordes, un zukra, une flûte tunisienne, ou des bendirs, des tambours nord-africains) en côtoient ici et sans heurts d’autres clairement électroniques. Percussions nord-africaines, beats organiques et distorsions sonores en tous genres trouvent donc par le prisme des créations de l’artiste un terrain de jeu infini. L’éclectisme de ses choix l’a d’ailleurs menée à collaborer aussi bien avec Valgeir Sigurðsson (Sigur Rós, Feist) que son principal collaborateur depuis des années Amine Metani. Géographiquement, l’opus a quant à lui été enregistré dans sept pays, entre deux continents.

Il ressort de l’écoute de « Ensen » une palette de sentiments, de désirs et d’émotions aux confins de l’Orient et de l’Occident. Un mélange des genres qui n’a rien d’incongru mais qui souligne plutôt une forme d’universalité de la musique et de la création artistique en règle générale. Entre poésie pure et message à caractère politique.

Emel Mathlouthi chante la liberté d’expression dans ce qu’elle a de plus pur. Son album est d’ailleurs un formidable hommage aux femmes, une invitation à les respecter. « Ensen » laisse planer un doux parfum de liberté. Et finalement, qu’y a-t-il de plus beau que la liberté ?

Luc Dehon









+ de news et d'actus musique
Inscris toi à la newsletter
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
 
Retour en haut