Anggun : chronique de l'album Toujours un ailleurs

13-11-2015 - 09:40.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Anggun pochette album Toujours un ailleurs - DR

Anggun publie le 20 novembre son nouvel album, « Toujours un ailleurs ».

Anggun est une citoyenne du monde. Née sur l’île de Java, c’est en Indonésie qu’elle débute sa carrière musicale. Elle y a publié pas moins de quatre albums (tous classés numéro 1). Alors qu’elle n’a pas vingt ans, l’artiste est alors attirée par un ailleurs. Toujours un ailleurs… Un champ de possibles s’ouvre à elle. Le monde lui tend les bras. Cet ailleurs, ce sera la France, où elle viendra s’installer après avoir fait escale à Londres. Après quelques rencontres décisives, un single sort, et quel single ! « La neige au Sahara », écrite par Erik Benzi. Le titre fera un carton en France, certes, mais également dans le monde. Star indonésienne, Anggun devient rapidement une star tout simplement. La suite on la connaît : un parcours des plus riches avec ses hauts et ses bas. Des chansons importantes qui sont restées dans la mémoire collective, des projets portés à plusieurs et même un passage à l’Eurovision en 2012. Parallèlement, femme de cœur et de convictions, l’artiste prête son nom à la défense de nombreuses causes : le Sidaction, les Enfoirés, Les Voix de l’enfant ou le mariage pour tous. Elle est également nommée Ambassadrice de bonne volonté de l’ONU en 2009 et a publié une lettre ouverte en début d’année au Président de l’Indonésie, lui demandant d’accorder une grâce présidentielle à Serge Atlaoui.

Anggun publie aujourd’hui « Toujours un ailleurs », un superbe album qui, n’ayons pas peur des mots, nous a touchés à sa première écoute. Réalisé avec la complicité de Frédéric Château qui a réussi à métisser ce disque définitivement pop de sonorités world, « Toujours un ailleurs » ne tombe pourtant jamais dans les affres de la facilité. Ne vous attendez donc pas à un album fait de flûtes de pan péruviennes et autres clichés estampillés « world music » ! « Toujours un ailleurs », c’est tout sauf ça. C’est un album qui invite à l’évasion au cœur duquel nos racines et la découverte de l’autre nous permettent de revenir à l’essentiel. Soulignons à ce propos le remarquable travail de Fred Château.

Au programme de « Toujours un ailleurs », un recueil de treize chansons où il est beaucoup question de rencontres (« Nos vies parallèles »), de tolérance (« Aucune différence »), de nos racines (« Née quelque part », empruntée au répertoire de Maxime Le Forestier), du déracinement (ce « Perfect world » fantasmé) et l’amour, toujours l’amour (« La promesse », « Mon capitaine »). Anggun rend également un vibrant hommage à Nelson Mandela sur un texte d’Isabelle Bernal (« À quelque spas de nous »). L’album est en sus émaillé de quelques très beaux duos dont celui avec Florent Pagny et Yuri Buenaventura (« Nos vies parallèles ») et un autre avec une autre artiste emblématique de la scène world internationale Angélique Kidjo (« Née quelque part »).

Enfin, si l’album dans sa globalité nous a séduits, deux titres ont particulièrement retenu notre attention. « Face au vent », un titre envoûtant au potentiel tubesque qui dévoile toute la force et la fragilité de l’artiste. Et la sublime « Toujours un ailleurs », qui ne donne d’ailleurs pas son nom à l’album pour rien, écrite par David Foenkinos. En quelques phrases et quelques rimes bien choisies, l’auteur a réussi à cerner l’artiste. Il lui a offert des mots qui sont désormais siens.

La poésie d’Anggun, ce sont des vents contraires qui s’attirent irrémédiablement. Un déluge de sentiments forts et jamais feints. « Toujours un ailleurs » est sans aucun doute l’album qui lui ressemble le plus. Sincère et généreux.

Luc Dehon









+ de news et d'actus musique
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut