Tancrède : chronique de l'album Humain, Trop humain

07-05-2015 - 15:38.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








Tancrède pochette album Humain, trop humain - DR

Tancrède revient avec un nouvel album, « Humain, trop humain », disponible le 11 mai prochain.

Pour la faire courte, Tancrède est le cadet d’une famille de mélomanes. Très jeune, il suit une formation au Conservatoire : Liszt, Chopin et Bach n’ont alors aucun secret pour lui, ou très peu. Ce n’est que quelques années plus tard qu’il découvre le pouvoir des mots, par l’intermédiaire de Brassens. Il a alors seize ans et passe des nuits entières à décortiquer son œuvre, mais également celle de Barbara, de Trenet ou de Gainsbourg. La chanson française devient dès lors rapidement une passion. Une passion de plus en plus dévorante au fil des années qui le mènera à l’écriture et à la composition, puis à la scène. Avocat à la ville, Tancrède fêtera même sa prestation de serment sur la scène du Sentier des Halles. L’avocat est également un saltimbanque, qu’on se le dise.

Tancrède publie un premier album éponyme en 2006, un opus réalisé par Roland Romanelli, le complice de Barbara. S’en suivra alors une tournée de plus de 80 dates qui le mènera sur les scènes de la Cigale et du Trianon. C’est une parenthèse plus jazzy qu’il s’offre ensuite, avec la comédie musicale « Audimat », qui sera créée au Théâtre National de Besançon et jouée pendant trois mois au Trianon. En mai de l’année dernière, l’artiste publiait « Saint-Sébastien », un EP composé de quatre titres annonciateur de son nouvel album.

Regardez le clip de « A dormir debout » de Tancrède

Le 11 mai, Tancrède publiera donc son nouvel album, il s’intitule « Humain, Trop humain », il est composé de douze plages et il est de toute beauté. Subtil, fin et délicat sont les trois adjectifs qui viennent immédiatement à l’esprit. Tancrède a des lettres. Ses mots sont justes et précis. Ils sont également savamment choisis. L’artiste s’inscrit ainsi dans le sillon creusé par ses aînés, des artistes comme Barbara ou Trenet. Exigence et sincérité sont évidemment de mise. Mélodiquement, l’artiste n’est pas en reste. Ses chansons virevoltent et volètent au gré de ses malices. C’est gai et joyeux mais jamais vide de sens, ni d’émotion. À la réalisation, on note la présence de Polérik Rouvière (Ulrich Forman).

Dans ses nouvelles chansons, avec beaucoup de pudeur et une bonne dose d’humour, Tancrède se met à nu. Il décline la vie en douze nuances qui vont du pastel au rouge carmin. Au programme : des histoires à dormir debout, des nuits d’insomnies, des amours d’un soir, de la jalousie, le jugement dernier, la dépendance et même des soirées plus… agitées où l’on se sagitte pour le plaisir.

Tancrède est un poète singulier, ses émotions sont quant à elles plurielles. Son nouvel album est à son image, humain. Mais pas trop, non, juste comme il faut. Au nom du père, du vice et du Saint-Sébastien. Ainsi soit-il.

-> Plus de renseignements sur le site officiel de Tancrède

Luc Dehon









+ de news et d'actus musique
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut