Chronique de Eternal Life de The Craftmen Club

03-02-2014 - 09:20.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag.com.








The Craftmen Club pochette de l'album Eternal Life - DR

The Craftmen Club, groupe originaire de Guingamp, publie en ce début février son troisième album « Eternal Life ». L’édition digitale sera disponible sur toutes les plateformes de téléchargement dès le 3 février. Il faudra attendre le 10 pour vous procurer la version CD (un digipack). Enfin, sachez qu’un vinyle 33 tours a été édité en édition limitée et est dispo sur les concerts depuis septembre et dans la boutique web depuis peu.

Les titres de « Thirty-six Minutes », leur précédent album paru en 2009, résonnent encore dans nos mémoires. Plébiscité par le public et adoubé par la critique (Les Inrocks, Télérama), ce deuxième album marquait un tournant dans l’histoire du groupe formé à l’aube des années 2000, celui de la reconnaissance. La tournée qui a suivi la sortie de « Thirty-Six Minutes » a été un véritable succès. Elle les a menés jusqu’en Hongrie et même jusqu’au pays du soleil levant. La tournée s’étant terminée à la mi-2010, la logique commerciale aurait voulu que le groupe surfe sur la vague du succès et se remette rapidement au boulot pour produire un troisième album s’inscrivant dans la lignée de son prédécesseur, quitte à être un peu en-dessous. C’est assez mal connaître The Craftmen Club. Ces artisans ne font pas dans la redite et le déjà vu. Plutôt que de livrer un album qui ne correspondrait pas vraiment à leurs attentes, ils préfèrent lever le pied, se poser et laisser décanter les choses. Ainsi, chacun vaque à ses occupations pendant un temps. Yann Ollivier en profitera notamment d’ailleurs pour développer son side-project, « Thomas Howard Memorial ».

Après cette pause salutaire, The Craftmen Club se remettent sérieusement à réfléchir à la suite qu’ils vont donner à « Thirty-Six Minutes ». Ils veulent prendre des risques, explorer d’autres terrains, repousser leurs limites. « « Thirty-Six Minutes » avait d’une certaine manière créé la surprise, nous voulions garder cette idée », nous a confié Steeve Lannuzel, le leader du groupe. Cette suite, ils nous la livrent aujourd’hui. Elle s’intitule « Eternal Life ». Le rock garage et l’esprit Far West des débuts est décidément loin derrière. The Craftmen Club explorent ici des terrains clairement plus froids et dark, éclairés par des néons, prémices à une vie éternelle numérique. Mickaël Gaudé, qui avait quitté le groupe sur le précédent album est de retour. The Craftmen Club se retrouvent donc avec deux guitares. Chez les uns, ça ne change rien, chez eux, ça change tout.

Les prises de risques s’avèrent souvent payantes lorsqu’elles sont maîtrisées. C’est le cas avec ce troisième opus de The Craftmen Club, « Eternal Life ». Une tension bien réelle mais jamais pesante se dégage des onze titres qui le composent. Une énergie canalisée sur disque qui ne demande qu’à exploser sur scène. Le groupe se produira notamment le 7 février à St Brieuc (22), le 15 à Plougonven (29), le 20 à Châteaulin (29), le 1er mars à Treglamus (22) et le 12 au Nouveau Casino (Paris 11ème). Big brother is watching you, remember…

Regardez le clip de « Animals » de The Craftmen Club

(L.D.)









+ de news et d'actus musique
Vidéos




Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Twitter
Concours
 
Retour en haut